Y a-t-il déjà eu un cas dans l’histoire où un dirigeant a commis un génocide contre son propre peuple (ou des personnes qu’il pensait ou savait où se trouvait son propre peuple)?

Quelques-uns pour vous aider à commencer… Et n’oublions pas la violence sectaire islamique, qui est entièrement axée sur le nettoyage ethnique et le génocide. Chacun de ces incidents avait des dirigeants qui pourraient être considérés comme des criminels de guerre.

Le terme “génocide” a été inventé par l’écrivain et avocat polonais, Raphael Lemkin, en 1941 en combinant le mot grec “genos” (race) avec le mot latin “cide” (meurtre). Par «génocide» tel que défini par les Nations Unies en 1948, on entend l’un des actes suivants commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, notamment: atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe (c) infligeant délibérément au groupe des conditions de vie devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle (d) imposant des mesures destinées à empêcher les naissances dans le groupe (e) de force transférer les enfants du groupe à un autre groupe.
Génocide au 20ème siècle

  • Bosnie-Herzégovine: 1992-1995 – 200 000 morts
  • Rwanda: 1994 – 800 000 morts
  • Pol Pot au Cambodge: 1975-1979 – 2 000 000 de morts
  • Holocauste nazi: 1938-1945 – 6 000 000 de morts
  • Viol de Nankin: 1937-1938 – 300 000 morts
  • La famine forcée de Staline: 1932-1933 – 7 000 000 de morts
  • Arméniens en Turquie: 1915-1918 – 1 500 000 morts